On peut quitter la communauté d'Al Ort en restant élégant, à preuve ce sonnet que nous a adressé Philippe (parcelle n°13) :

Six ans déjà ! Six ans qu'aux Jardins de Clapiers
Al Ort m'a accordé un morceau de nature
où j'ai pu librement installer mes cultures,
moi, piètre jardinier, mais bon gratte-papier.


Du centre du village, je m'y rendais à pied
j'oubliais mon poète et ma littérature,
la vie autour semblait comme une autre écriture
avec tant d'herbes folles et d'amis rats taupiers.


J'ai apprécié beaucoup la camaraderie,
les légumes, les fruits et les carrés fleuris,
qui m'ont tant inspiré pour tant de florilèges.


Mais voilà, il est temps de laisser la parcelle
à un nouveau venu, à celui ou à celle
qui du plaisant lopin aura le privilège.

 

On lui souhaite bon vent !